Passer à la navigation

Les ingrédients de base d'une chanson, chap. 9: Des titres à longueurs variables

La longueur du titre est évidemment variable, et il y en a pour tous les goûts. De manière empirique, la moyenne favorise les titres courts, entre un à six mots, en général.

Parfois, le titre n'est constitué que d'un mot : AilleursAnecdoteBoomerangDédéIllégalMoneyPapaoutaiPropriétaire

Le groupe post-punk anglais Joy Division fait figure de pionnier à bien des égards, y compris pour les titres à la fois sobres et sombres de son répertoire : Transmission, Isolation, Atmosphere, Disorder, Heart and Soul, New Dawn Fades, et bien d'autres. Love Will Tear Us Apart, désormais leur titre le plus connu du grand public est, dans les faits, leur plus long avec cinq mots (!).

Sur l'album Fear of Music, l'auteur et leader des Talking Heads, David Byrne, s'était donné pour mission d'écrire des chansons à partir d'un seul mot, ce qui a donné les : Air, Cities, Drugs, Heaven, Mind, Paper.

De deux à six mots est la longueur à la fois usuelle et optimale qui permet d'annoncer un phrasé, un rythme, une image. On retrouve notamment :

Le titre dénotatif, avec un article ou déterminant (défini ou indéfini) pour annoncer le sujet, fut-il à propos d'un nom commun, d'une idée, un lieu, un état d'âme, un objet, un animal, etc. : La bohème – Le Gorille - Les Champs-Élysées – Le blues du businessman – À Ste-Adèle PQAux portes du matin – Ces gens-là – Cette chanson – Ma préférence – Deux secondesAucun express – Un souvenir heureux 

Mémorables et inoubliables, les titres courts se déclinent de plusieurs manières :

Le titre affirmatif, qui implique la parole, la communication ou l'adresse à autrui : 

Au delà de six et jusqu'à neuf mots, le titre s'émancipe et forme une phrase complète d'au moins un, sinon deux verbes :

Fais-toi z'en pas (Tout le monde fait ça)Fuir le bonheur de peur qu'il ne se sauveJ'ai la cervelle qui faisait des vaguesJ'ai un bouton sur le bout de la langueJe t'aimais, je t'aime et je t'aimeraiLe soleil se cherche du stationnement dans l'horizonSorry seems to be the hardest wordTout c'qui est dégueulasse porte un joli nom

Au-delà d'une dizaine de mots, la longueur se révèle et surprend :

Comment tuer l'amant de sa femme quand on a été élevé comme moi dans la traditionHave You Seen Your Mother Baby Standing In The Shadows? - How Can Poor Men Stand Such Times and Live? - Il vaut mieux une petite maison dans la main qu'un grand château dans les nuagesJamais je ne t'ai dit que je t'aimerais toujours oh mon amourSait-on jamais où va une femme quand elle vous quitte - When The World Is Running Down, You Make The Best Of What's Still Around 


The Smiths
 

Groupe phare des années 80, réputé pour sa sensibilité envers une jeune génération désemparée prise dans une Angleterre thatcherienne, The Smiths offraient des titres inimitables dans lesquels l'amour, la solitude et le grotesque du quotidien finissaient toujours par se retrouver, entremêlés.

Mené par Morrissey, qui signe les textes, et Johnny Marr à la guitare jingle-jangle, appuyé par Andy Rourke et Mike Joyce, respectivement bassiste et batteur, le quatuor a établi une oeuvre exceptionnelle de 4 albums et quelques compilations sur 4 ans, d'une oeuvre poignante et toujours pertinente, riche d'envolées mélodiques rafraîchissantes après des années de minimalisme post-punk.

The Smiths, nom de band banal au possible, furent l'objet d'une rare dévotion par ses fans, qui se reconnaissaient totalement dans ces histoires de coeurs brisés, de rejets, d'infanticides, de dérision, d'empathie et d'espoir, exultant parfois férocement envers son prochain : Hang the DJ / Hang the DY...

L'homosexualité de Morrissey était un secret de Polichinelle avec indices entre les lignes, sans jamais devenir un enjeu de militantisme de sa part. Son militantisme pour le végétarisme (et contre la consommation de viande) toutefois fut étalé au grand jour dès leur deuxième album, se manifestant sous la forme du brûlot de 6 minutes, Meat is Murder, qui donna son titre massue à l'album.

Puissant commentaire politique, la pièce dénonce un mode d'alimentation basé sur le «meurtre» d'animaux pour consommation humaine. De par son intro d'accords plaqués inversés, la lenteur de son tempo et son gravitas, elle n'est pas sans rappeler la non moins puissante Madman across the Water d'Elton John.

Leur dernier album, Strangeways, Here We Come, propose des lignes de force éloquentes: A Rush And A Push And The Land Is Ours – I Started Something I Couldn't Finish – Stop Me If You Think You've Heard This One Before – Last Night I Dreamt That Somebody Loved Me – Death of a Disco Dancer – Girlfriend in a coma. On est en 1987, Morrissey est au sommet de son art, et c'est déjà la fin d'une époque.

De grandes chansons, des titres généreux, des mélodies élégantes, une production soignée; cet ultime effort est certainement ce que The Smiths avaient de meilleur à offrir en guise d'adieux.

Poster un nouveau commentaire

  • Les adresses de pages web et de messagerie électronique sont transformées en liens automatiquement.
  • Allowed HTML tags: <a> <em> <strong> <cite> <code> <ul> <ol> <li> <dl> <dt> <dd>
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.

Plus d'informations sur les options de formatage

CAPTCHA
fr