Passer à la navigation

Les ingrédients de base d'une chanson, chap. 9: Le titre, comme une balle

« Le titre me frappe comme une balle; quand le titre apparaît, mon travail débute. » - Johnny Mercer 9.0 

Parlez-en à Pierre Huet : «La phrase Mes blues passent pu dans porte m'est arrivée telle quelle comme un cadeau entre les deux oreilles. Je roulais en voiture en plein hiver et je me suis retourné vers ma fiancée pour la lui dire. Sans être prétentieux, je savais que j'avais une phrase en or. Il me restait juste à écrire les 30 autres lignes», raconte en rigolant le parolier Pierre Huet (...) »9.1 

C'est à peu près cette version que M. Huet avait raconté à mon groupe qu'il avait accepté de rencontrer en 1992. La seule variante, c'est qu'il roulait sur le pont Jacques-Cartier et avait avec lui un magnétophone, selon mon souvenir. Mais bon. C'est en roulant en voiture qu'il a eu le flash. Et quel flash! Un trait de génie que tout parolier aurait voulu avoir. Est-ce parce que la partie créative du cerveau se libère une fois que notre attention est sollicitée ailleurs, pour mieux pétarader? Cela est probable. Peu importe la manière, lorsque l'inspiration déboule, l'important demeure de saisir le moment et de noter l'idée qui passe. C'est LE réflexe à acquérir. 

À quoi sert un titre? 

Fondamentalement, toute histoire porte un titre. Ça fait partie de son identité. Sinon, comment l'identifier spécifiquement? À l'évidence, il s'agit d'un besoin humain que de cerner et de nommer, surtout si c'est pour partager la communication avec autrui. En ce qui a trait à la chanson, ce sont des raisons artistiques, de notoriété et de business qui font du titre un ingrédient de base d'une chanson. Le but premier est bien sûr d'être descriptif afin de l'identifier pour mieux la choisir. Le titre était pertinent à l'époque des disquaires, et ça ne l'est certainement pas moins aujourd'hui, que la copie soit matérielle, ou pas. Et ça simplifie la vie sur les moteurs de recherche. 

En ces temps hautement technologiques, une simple application identifie pour vous quel est le morceau dont le titre vous échappe en lui sifflant un air dans « l'oreille ». Mais pour tout parolier qui se respecte, l'avancement de la technologie ne peut servir de prétexte à négliger sa culture chansonnière, au contraire. Les curieux ont souvent une longueur d'avance sur les autres. La chanson est une tradition orale qui remonte à des centaines d'années, et même si la forme, les arrangements et les couleurs ne cessent d'évoluer, elle respecte toujours les mêmes règles de base. 

Une fonction de désignation

Ce court extrait d'une thèse universitaire9.2 y va d'un regard un peu plus langagier :

« Un titre est toujours porteur d’un message. Parfois il englobe l’essentiel d’un texte écrit, parfois il est conçu de telle manière qu’il laisse sous-entendre quelque chose, parfois il permet de percevoir directement le contenu du texte en question etc. En rapport direct avec tous ces éléments, [...] Genette9.3 dit que le titre [...] remplit plusieurs fonctions. La première et la seule obligatoire, à son avis, est la fonction de désignation ou d’identification. Ensuite, un titre peut être descriptif, son rôle étant celui de décrire le contenu du texte, mais aussi de laisser planer l’ambiguïté. Un titre peut avoir en même temps une fonction connotative et enfin, une fonction séductrice […] Si le destinataire du texte […] est bien le lecteur, le destinataire du titre est le public. »

9.0 - Parolier américain (1909-1976), auteur de Moon River et Days of Wine and Roses, pour ne nommer que celles-ci. Cité par Sheila Davis dans Craft of Lyric Writing, p. 15.

9.1 -La Tribune, 9 juillet 2014


Poster un nouveau commentaire

  • Les adresses de pages web et de messagerie électronique sont transformées en liens automatiquement.
  • Allowed HTML tags: <a> <em> <strong> <cite> <code> <ul> <ol> <li> <dl> <dt> <dd>
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.

Plus d'informations sur les options de formatage

CAPTCHA
fr