Passer à la navigation

Les ingrédients de base d'une chanson, chap. 9: Un titre identifiable, mémorable, inoubliable

Identifiable à la première écoute

En principe, le titre devrait être identifiable dès la première écoute. On l'aime accrocheur, qui nous saute aux oreilles, impossible à rater. Cela résulte en des titres qui en disent beaucoup en peu de mots, s'incrustent dans l'imaginaire collectif et deviennent mémorables, inoubliables.

Bye bye mon cowboy - Cœur de rocker – Foule sentimentale - Girls just want to have fun – J' t'aime comme un fou – Le monde est virtuel – Papaoutai – Rock the Casbah - Tassez-vous de d'là - Y a d'la joie –

Le titre peut être d'un seul mot comme il peut s'étendre à plus de dix. Il se retrouve tant en amorce que dans un refrain, comme il peut être absent du texte ou symboliser le dernier des clichés. Il peut vouloir épater la galerie, mais aussi ne mener à rien, comme l'expliquait Jules Shear,9.6 auteur de All through the night que Cindy Lauper a popularisé sur son premier album, She's So Unusual :

« Écrivez-vous parfois à partir d'un titre? »
JS : « Oui, j'ai bien peur que ça soit parfois le cas. Parce que je suis aussi passé par les étapes de ne pas vouloir travailler à partir de ceux-ci.

« Pourquoi pas? »
« Parce que je connais des chansonniers qui ont des chansons avec les titres les plus surprenants du monde. Et les chansons sont affreuses. Je parle de ceux qui écrivent à partir d'un titre. Ils viennent me dire qu'ils ont écrit une chanson avec un titre incroyable. Et là tu te dis « Wow. Ça promet. » Et tu entends la chanson, et elle est nulle. Parce qu'ils n'ont pas réussi à traduire cette idée en chanson. En réaction à cela, et pendant plusieurs années, je n'ai rien écrit à partir d'un titre. Mais je suis rendu ailleurs. J'essaie de surmonter ces manies et d'écrire un morceau peu importe par où il arrive. En autant que ça soit plus facile.

« J'écrivais avec Susanna Hoffs,9.7 et elle racontait à quel point la partie la plus difficile était de pouvoir écrire à partir de n'importe quoi. De quoi vas-tu parler? Quand le champ est aussi vaste, par où commencer? En débutant par un titre, tu es instantanément dirigé, et ça te donne une chance d'avancer. Se partir est vraiment un élément clé. »

Une direction claire

Idéalement, un titre n'a pas de compétition à l'intérieur du texte. Si c'est le cas, le suivant peut se produire: de 1) on court plus d'un lièvre à la fois, et la confusion s'installe; de 2) un seul des deux sera enregistré légalement, d'où faire un choix; ou 3) on use de l'option d'inclure une parenthèse au titre. Ce n'est pas les exemples qui manquent:

Brun (La couleur de l'amour) – (Everything I Do) I Do It For You – Fais-toi z'en pas (Tout l'monde fait ça) – (Get A) Grip (On Yourself) – It's Only Rock n' Roll (But I Like It) – It's The End Of The World As We Know It (And I Feel Fine) – (Love Is Like A) Heat Wave – Norwegian Wood (This Bird Has Flown) – On va crever en attendant l'été (ou l'hiver) – (The Angels Wanna Wear My) Red Shoes – You never can tell (C'est la vie)

Je reviens chez nous 9.8

Fais du feu dans la cheminée, je reviens chez nous. Cette ligne de force a donné à Jean-Pierre Ferland son premier succès international, avec un titre tombant dans l'oreille en fin d'énoncé. En guise de démonstration en classe j'ai demandé aux participants à mes ateliers, sur plusieurs années, de l'identifier en lançant des pistes comme « Nommez-moi le plus grand succès international de Jean-Pierre Ferland... ».

Plus souvent qu'autrement, les gens l'identifiaient par [Fais du feu dans la cheminée...]. Cela démontre une compétition à l'interne de par son positionnement. En principe, l'emplacement de choix pour le titre demeure la première partie dudit énoncé, pour qu'il soit, justement, immanquable.

Toutefois, la seconde partie de l'énoncé donne le sens en plus de résumer et motiver l'essence du propos, c'est-à-dire avoir le mal du pays et exprimer le désir de rentrer chez-soi. Le cœur du propos n'est pas que faire un feu dans une cheminée, c'est surtout de rentrer à la maison. Cela va de soi que ça en devienne le titre. 

9.6 - Jules Shear, interviewé par Paul Zollo, Songwriters on songwriting, Da Capo, 2003 p. 585 
9.7 - Susanna Hoffs, chanteuse et guitariste du groupe américain The Bangles 
9.8 - Je reviens chez nous, Jean-Pierre Ferland, Jean-Pierre Ferland, Barclay, 1968

Merci à vous de me lire.

Merci à vous de me lire. :D

:Jolicoeur

Article pertinent

Merci pour ces informations et réflexions fort utiles, comme les autres chapitres que tu as rédigés.

Poster un nouveau commentaire

  • Les adresses de pages web et de messagerie électronique sont transformées en liens automatiquement.
  • Allowed HTML tags: <a> <em> <strong> <cite> <code> <ul> <ol> <li> <dl> <dt> <dd>
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.

Plus d'informations sur les options de formatage

CAPTCHA
fr