Passer à la navigation

Les Ingrédients d'une chanson, chap. 2: Une façon de parler aux gens

  • : preg_replace(): The /e modifier is deprecated, use preg_replace_callback instead in /home/mqqbrixqzscs/public_html/includes/unicode.inc on line 311.
  • : preg_replace(): The /e modifier is deprecated, use preg_replace_callback instead in /home/mqqbrixqzscs/public_html/includes/unicode.inc on line 311.
  • : preg_replace(): The /e modifier is deprecated, use preg_replace_callback instead in /home/mqqbrixqzscs/public_html/includes/unicode.inc on line 311.
  • : preg_replace(): The /e modifier is deprecated, use preg_replace_callback instead in /home/mqqbrixqzscs/public_html/includes/unicode.inc on line 311.
  • : preg_replace(): The /e modifier is deprecated, use preg_replace_callback instead in /home/mqqbrixqzscs/public_html/includes/unicode.inc on line 311.
  • : preg_replace(): The /e modifier is deprecated, use preg_replace_callback instead in /home/mqqbrixqzscs/public_html/includes/unicode.inc on line 311.
  • : preg_replace(): The /e modifier is deprecated, use preg_replace_callback instead in /home/mqqbrixqzscs/public_html/includes/unicode.inc on line 311.

« 85% des grandes chansons sont des chansons d'amour. » avance Sheila Davis.2.7 Cela est certainement près de la réalité; pas besoin d'une étude scientifique pour en faire la démonstration, n'est-ce pas, l'amour étant le sentiment universel par excellence comme sujet de chanson. Je n'apprends rien à personne ici.

L'amour naissant, l'amour flamboyant, blessé, meurtri, trompé, ou nostalgique, l'amour a été chanté de toutes les façons imaginables depuis qu'il rime avec toujours. On peut parfois avoir l'impression que tout a été dit à son sujet. Et pourtant, il y aura toujours une voix d'auteur propre à chaque génération pour réinventer la façon d'en parler et de le chanter.

Les chansons racontent la vie, le quotidien, les sentiments forts qui traversent nos journées. Essentiellement, les comportements et les interactions des hommes et des femmes seront, et pour longtemps encore, l'apanage des auteurs qui nous rejoignent par leur œil aiguisé et la véracité de leur observation.

Quelque soit le propos, viser l'universalité pour communiquer le plus largement possible est un principe de base, pas juste une préoccupation commerciale. Parler d'une façon intime de ce que l'on connait est souvent le chemin pour atteindre l'universel.


Conserver l'attention de l'auditeur

Poursuivons avec Mme Davis : « Qu’est-ce qui nous permet de rester accroché à la chanson? Un texte présentant des personnages qui sont identifiables, des situations réalistes ainsi que des émotions universelles. Qu’est-ce qui nous fait décrocher? Un texte confus, ennuyant, ou qui nous met mal à l’aise. Personne ne restera attentif à une histoire difficile à suivre, à une situation irréaliste ou à un personnage antipathique.

Et personne n’est intéressé à se faire faire la morale, ni à se faire sermonner. Ce que l’amateur doit acquérir afin de devenir professionnel est une façon de parler aux gens qui va conserver leur attention.

Les erreurs d’écriture se rangent en deux catégories : les corrigeables et les fatales. Une multitude de petites erreurs peuvent être corrigées; par exemple, une métaphore confuse, des phrases ambigües, un développement déficient ou un ton inconstant. Ces erreurs se corrigent, une fois que l’auteur les a identifiées. »


La chanson n'est pas une thérapie

« Par contre, une erreur fatale en est une qui néglige la pierre angulaire de l’écriture de chansons : l’universalité. La pire gaffe qu’un parolier puisse faire est de présumer que les gens sont intéressés à entendre parler de ses problèmes d’ordre privé, ou de son attitude marginale. »

Écrire à propos d'une attitude ou d'un point de vue marginal, ou sur un incident anecdotique peut révéler un trait brillant d'humanité si les mots, l'angle et l'interprétation sont au rendez-vous; Jean Leloup a fait carrière à écrire sur le mal de vivre et la marginalité, vous me direz. Lisa LeBlanc fait un tabac avec un titre scatologique à souhait.

Mais, essentiellement, cela demeure l'exception qui confirme la règle. Si l'acte d'écrire est libérateur et thérapeutique, on ne doit pas perdre de vue que la chanson, en soi, n'est pas une thérapie, mais bien un divertissement. Cela fait toute la différence.

Toutefois - et ceci pourra sembler contradictoire - la chanson aura servi maintes fois à se vider le cœur, à prendre sa place, à s'affirmer durant des périodes plus tumultueuses d'une vie. Elle aura contesté l'autorité, dénoncé des injustices, soutenu des luttes ouvrières et fait réfléchir sur des questions existentielles. Donc, pas question d'exclure ni la chanson engagée, ni la chanson à thématique philosophique, ou même la chanson trash ici. Une chanson n'est au service d'aucune cause. Si elle peut appuyer une cause, elle doit d'abord et avant tout servir la sienne propre, et demeurer farouchement libre.

C'est aussi l'attitude qui animait Bob Dylan quand il a décidé d'électrifier sa guitare et de passer à un autre type de chanson que celle pour laquelle il s'est d'abord fait connaître, la chanson engagée, la protest-song. Virage que certains de ses fans puristes d'alors ont fort mal encaissé. Dylan revenait à la notion de chanson pour elle-même, pour sa beauté,2.8 et non pour contenter les attentes et exigences de fans intransigeants. Le temps lui donna pleinement raison.

Ce qui ne veut pas dire de ne pas s'épancher, non plus; nous vivons à une époque favorisant les expressions extraverties, et la pudeur n'a pas vraiment la cote. À vous de distinguer quelles sont vos limites. Il demeure que la ligne reste fine entre communiquer l'authenticité et susciter un malaise. À moins d'avoir un recul certain face à un événement difficile, les sujets tabous ou à fleur de peau demanderont une attention et un doigté particuliers.

Tous les artistes ne poursuivent pas forcément l'idéal de plaire au plus grand dénominateur commun, heureusement. Plume Latraverse se fout éperdument de cela. Et c'est en partie pour cette authenticité et ce je-m'en-foutisme apparent que ses fans l'aime, en plus de ce qu'il a à dire, évidemment.

Plume est un tendre en dépit de son approche parfois revêche; il suffit d'une écoute de sa chanson Les pauvres2.9 pour s'en convaincre. La dérision qu'il emploie dans cette chanson sert-elle à se moquer d'eux, ou plutôt à désamorcer les préjugés populaires envers ceux-ci en nous tendant un miroir à nous, auditeurs, afin de mieux nous faire réfléchir sur nos propres certitudes...?

2.7 - S. Davis, The Craft of Lyric Writing, Writers Digest p.4
2.8 - pour paraphraser Stéphane Venne dans Le frisson d'une chanson, Stanké, 2006
2.9 - Les pauvres, Plume Latraverse, All Dressed, Deram/Dragon, 1978

Poster un nouveau commentaire

  • Les adresses de pages web et de messagerie électronique sont transformées en liens automatiquement.
  • Allowed HTML tags: <a> <em> <strong> <cite> <code> <ul> <ol> <li> <dl> <dt> <dd>
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.

Plus d'informations sur les options de formatage

CAPTCHA
fr