Passer à la navigation

Les Ingrédients d'une chanson, chap. 3: Avez-vous de quoi à dire?

  • : preg_replace(): The /e modifier is deprecated, use preg_replace_callback instead in /home/mqqbrixqzscs/public_html/includes/unicode.inc on line 311.
  • : preg_replace(): The /e modifier is deprecated, use preg_replace_callback instead in /home/mqqbrixqzscs/public_html/includes/unicode.inc on line 311.
  • : preg_replace(): The /e modifier is deprecated, use preg_replace_callback instead in /home/mqqbrixqzscs/public_html/includes/unicode.inc on line 311.
  • : preg_replace(): The /e modifier is deprecated, use preg_replace_callback instead in /home/mqqbrixqzscs/public_html/includes/unicode.inc on line 311.
  • : preg_replace(): The /e modifier is deprecated, use preg_replace_callback instead in /home/mqqbrixqzscs/public_html/includes/unicode.inc on line 311.
  • : preg_replace(): The /e modifier is deprecated, use preg_replace_callback instead in /home/mqqbrixqzscs/public_html/includes/unicode.inc on line 311.
  • : preg_replace(): The /e modifier is deprecated, use preg_replace_callback instead in /home/mqqbrixqzscs/public_html/includes/unicode.inc on line 311.

Avez-vous de quoi à dire?  

C'est la faute à Dylan - Alain Bashung

Depuis Bob Dylan, l'importance d'avoir « de quoi à dire » domine le monde de la chanson. Cela démontre à quel point son oeuvre a imprégné les esprits depuis maintenant six décennies. Dylan a donné le goût de la profondeur aux Beatles, et de chanter autre chose que I want to hold your hand. Résultat? Lennon a écrit Nowhere Man, McCartney, Yesterday, et une industrie culturelle a prospéré comme jamais grâce à ces trois géants.

Avoir de quoi à dire revient essentiellement à s'exprimer d'une façon qui vous est unique, inimitable et à votre image, sur des sujets ou des thèmes qui vous appartiennent en propre, qui puisent à même votre propre expérience, à vos émotions et à votre point de vue sur la vie. [P't-être que demain ça ira mieux / mais aujourd'hui ma vie c'est d'la marde]3.1 lance avec conviction Lisa LeBlanc. Difficile de douter de la sincérité de son propos, surtout si elle relativise son commentaire en laissant la porte ouverte à l'espoir que demain pourrait être différent. On y croit. On perçoit la sincérité de la chanteuse.

Ève Cournoyer attaquait Tout arrive par [Rien ne peut anéantir quelqu'un autant / que de voir ses rêves voler en poussières],3.2 une déclaration lourde de sens pour quiconque ayant vécu une profonde désillusion dans sa vie. Cette phrase sonne vraie. Ève Cournoyer vivait, écrivait, et parlait vrai. Tout cela est dans son œuvre.

Dans La désise,3.3 Daniel Boucher joue d'audace en ouvrant avec un ton provocant qui établit son personnage de bum lucide : [Je suis un crotté / un égocentré / je suis un pas d’cœur, un pas d’classe, un charmeur / courailleux, va nu-nu-pieds, pis j’t'appelle juste / quand j’ai un lift à t’téter...]. L'auteur annonce franchement ses intentions et ses couleurs, et du coup accroche l'oreille immédiatement. Incidemment, c'est ce morceau qui lui permettra d'imposer son talent au public, et ce formidable coda [Ma gang de malades / vous êtes donc où?] que retiendra l'imaginaire collectif.

Ce genre de texte et de démarche n'est pas évident à faire passer en chanson populaire : l'éclairage auto-critique que Boucher jette sur certains de ses comportements reflète la perception qu'a pu avoir de lui son entourage à cette étape de sa carrière, selon ce qu'il a déjà déclaré en entrevue.

L'éclairage négatif en chanson est, en principe, une approche déconseillée. C'est une loi non-écrite : l'interprète ne devrait jamais se retrouver dans un éclairage défavorable. Personne n'aime avoir le mauvais rôle; c'est normal et humain. Ce genre d'angle a des chances de résulter en un malaise et vous, de voir votre auditeur décrocher. Sans parler de la difficulté de trouver un interprète qui voudra s'identifier à votre brûlot. Par contre, une recherche le moindrement approfondie indique que cela n'est pas rare comme façon de procéder.

Si vous sentez que vous portez en vous un texte fort et que vous êtes prêt à l'assumer, alors ma foi, lancez-vous et couchez-le sur papier. Peut-être emprunterez-vous des « chemins qui ne mène pas à Rome » comme le chantait Brassens,3.4 et que cela vous permettra d'aboutir en un lieu insoupçonné! Peut-être cela sera-t-il une approche fil-de-fériste, un peu casse-gueule comme angle chansonnier, mais si vous y croyez, foncez!

Sentiments et personnages fictifs

Ce que vous aurez de plus touchant et de convaincant à raconter le sera à propos de vous-même, de votre entourage, de vos convictions et de vos observations. Trop souvent néglige-t-on ses propres expériences en tant qu'apprenti-auteur. Or, pour Oscar Hammerstein, grand parolier américain cité par Sheila Davis : « La majorité des mauvais textes résultent de l'ignorance ou de la négligence de ses propres expériences, et de l'imposition de sentiments fictifs à des personnages fictifs ». 3.5

Pour renchérir sur le sujet, Robert Léger a ceci à ajouter : « Vous serez touchant si vous faites l'effort de vous livrer vraiment, au risque de ne pas être aimé; (…) si vous évitez de vous exposer, vous ne dérangerez personne, et personne ne vous verra, ne vous aimera vraiment. » 3.6 En effet, pourquoi ferait-on l'effort de s'intéresser à ce que vous dites, si vous faites semblant? On n'accroche pas à ce qui nous semble faux. Cultivez votre jardin.

Évidemment, on ne devient pas poète par un seul souhait. L'aspirant s'abreuve à des sources qui l'inspire, le porte et le transcende. Dans son auto-biographie « Chronicles, vol. one »,3.7 Dylan, justement lève le voile sur le débutant qu'il était, et sur les artistes et les chansons qui l'ont aiguillé sur la voie (et la voix) qui influencera l'idéalisme d'une génération.

Dylan y raconte qu'après avoir absorbé une quantité phénoménale de chansons folk ET l'oeuvre de Woody Guthrie au complet, il lui restait encore à découvrir celle de Bertholt Brecht et de Kurt Weill, notamment par le titre Pirate Jenny 3.8 qui fut déterminant dans sa façon de structurer une histoire complexe, en plus d'intégrer l'oeuvre du bluesman Robert Johnson, celui qui « pactisa avec le diable à la croisée des chemins » selon la légende – et dont l'influence teinta le blues et le rock 'n roll quand ses chansons refirent surface au début des années soixante.

C'était ce qu'il restait à Dylan à absorber avant de pondre ses premiers chefs-d'oeuvre tel « Blowing In The Wind », « The Times They Are A-Changing » ou « A Hard Rain's A-Gonna Fall ». Nul ne doit rien à personne. Tous les artistes ont une dette envers leurs prédécesseurs. Même Bob Dylan.

3.1 - Aujourd'hui ma vie c'est d'la marde, Lisa LeBlanc, Lisa LeBlanc, Bonsound, 2012

3.2 - Tout arrive, Ève Cournoyer, L'écho, C4, 2005

3.3 - La désise, Daniel Boucher, Dix mille matins, GSI 1999

3.4 - La mauvaise réputation, Georges Brassens, La mauvaise réputation, Polydor, 1952

3.5 - Oscar Hammerstein II, cité par Sheila Davis dans The Craft of Lyric Writing, p. 264

3.6 - Robert Léger, Écrire une chanson, Québec Amérique, 2002

3.7 - Bob Dylan, Chronicles Vol. 1, Simon & Schuster, 2004

3.8 - Tirée de L'opéra de quat'sous, Bertholt Brecht/Kurt Weill, 1929. La version de Nina Simone est à écouter.

Poster un nouveau commentaire

  • Les adresses de pages web et de messagerie électronique sont transformées en liens automatiquement.
  • Allowed HTML tags: <a> <em> <strong> <cite> <code> <ul> <ol> <li> <dl> <dt> <dd>
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.

Plus d'informations sur les options de formatage

CAPTCHA
fr