Passer à la navigation

Les Ingrédients d'une chanson, chap. 6: L'accentuation

  • : preg_replace(): The /e modifier is deprecated, use preg_replace_callback instead in /home/mqqbrixqzscs/public_html/includes/unicode.inc on line 311.
  • : preg_replace(): The /e modifier is deprecated, use preg_replace_callback instead in /home/mqqbrixqzscs/public_html/includes/unicode.inc on line 311.
  • : preg_replace(): The /e modifier is deprecated, use preg_replace_callback instead in /home/mqqbrixqzscs/public_html/includes/unicode.inc on line 311.
  • : preg_replace(): The /e modifier is deprecated, use preg_replace_callback instead in /home/mqqbrixqzscs/public_html/includes/unicode.inc on line 311.
  • : preg_replace(): The /e modifier is deprecated, use preg_replace_callback instead in /home/mqqbrixqzscs/public_html/includes/unicode.inc on line 311.
  • : preg_replace(): The /e modifier is deprecated, use preg_replace_callback instead in /home/mqqbrixqzscs/public_html/includes/unicode.inc on line 311.
  • : preg_replace(): The /e modifier is deprecated, use preg_replace_callback instead in /home/mqqbrixqzscs/public_html/includes/unicode.inc on line 311.

Si les sons de la parole étaient tous de même niveau, les humains parleraient de façon monocorde, sans nuances. Heureusement, ce n'est pas le cas. C'est par un riche éventail d'accentuations que la voix humaine s'exprime.

L'accentuation du phrasé est naturelle, comme l'est le souffle. Elle sert à démarquer les sons - et les segments de sons formant les mots et les phrases - pour leur accorder une importance qui deviendra, logiquement, porteuse de sens.

«[...] Sur le plan acoustique, l'accentuation comporte trois indices qui varient […] : la durée, l'intensité, la variation mélodique. […]  »6.11

Pour produire une syllabe accentuée, il en faut nécessairement une autre désaccentuée. Or, la durée d'une accentuée « est de l'ordre du double (d'une inaccentuée). L'intensité peut varier [...]. La mélodie dépend du système intonatif. D'une manière générale, [l'intonation] descend pour indiquer la finalité et monte pour la continuité ou la question. »

« L’accentuation dans une langue est définie comme étant la « [...] mise en valeur [d’]une ou [de] plusieurs syllabes à l’intérieur d’un mot ou d’un groupe de mots en les prononçant avec une caractéristique phonique qui les distingue des autres mots.

« Cette évaluation de la "prépondérance" d’une syllabe est évidemment basée sur une évaluation [...] qui repose essentiellement sur une perception auditive. (Dictionnaire de linguistique, Paris, Librairie Larousse) »6.12

De quoi est constituée une syllabe? D'un noyau, c'est-à-dire d'une voyelle [V] souvent précédé par une consonne [C], ou [CV] comme dans [pont], mais pas seulement : cela peut se complexifier, comme deux consonnes précédant la voyelle : [CCV], dans [gros] , ou [CVC] comme [calme]. Sans voyelle, la syllabe n'existe pas.

Accents et groupes de sens
 

À l'oreille, la parole se décline donc par une série d'accentuations qui jouent un « rôle démarcatif [qui] sert à découper l'énoncé en groupe de sens. Sans l'accentuation, on ne pourrait plus rien reconnaître dans le discours. [...] L'accent se déplace toujours vers la fin du groupe de sens […] En français standard, l'accentuation se fait sur la syllabe finale de mot ou de groupe de mots. ».6.13

Les accents deviennent initial, d'insistance ou tonique « en fonction de nos émotions, lorsque nous nous adressons à nos interlocuteurs. », et ce par la « mise en relief d'une syllabe par allongement, intensité ou changement de hauteur. »6.14

L'accent tonique tombe autant sur la dernière syllabe vocalique prononcée d'un mot (par ex : accent), que sur la dernière syllabe du dernier mot dans un groupe de sens [un accent charMANT], et ce aussi longue que soit la phrase [J'aime ton accent charMANT]. L'accent peut devenir initial et/ou d'insistance et se déplace selon le besoin ou selon l'énoncé: [J'AIMe / ton accent charmant / quand tu me PARLes], dépendamment de l'inclinaison émotive que l'on souhaite en tirer.

« Cela veut dire que [l'accent] est utilisé pour démarquer des éléments dans la phrase, soit la plupart du temps des unités de sens ou des groupes syntaxiques [...] »6.15

L'accentuation française permet de découper en groupes de sens les constituants d'une phrase, comme par exemple :

- [Je préfère / ...]; si le sujet est un pronom, il fait partie du même groupe de sens du verbe qui le suit. Toutefois, ici, l'énoncé est incomplet; il lui manque son complément d'objet direct, soit :

- [Je préfère / dormir dehors].6.16 Il y a alors un nouveau groupe de sens après le verbe [préfère].

- [Et vous mes mains / restez tranquilles...];6.17 si le sujet est un groupe nominal, il forme un groupe de sens à lui seul; il est possible de marquer une pause avant le complément.

- [Ma petite / est comme l'eau /...];6.18 pour le verbe « être » suivi d'un attribut du sujet, l'attribut fait toujours parti du même groupe de sens que le verbe.

- [C'est / un bel animal], [Ce sont / de beaux animaux]; avec les présentatifs [c'est / ce sont], le complément qui suit forme un groupe de sens.

- [Je suis / particulièrement / fier de toi]; dans le cas d'un adverbe complément de phrase [particulièrement] entre le verbe [suis] et l'attribut [fier de toi], l'attribut forme un groupe de sens à lui seul.

Le concept de groupes de sens devient groupe rythmique lorsque l'accentuation marque le pas, et aussi groupe de souffle lorsque marqué par une pause.

Félix Leclerc y va de groupes de sens et de souffle d'une grande simplicité dans Bozo :

[Dans un marais / de joncs mauvais / y avait / un vieux château / aux longs rideaux / dans l'eau]6.19
 

Les Colocs, également :

[Dans ma p'tite ville / on était juste quat' mille / pis la rue principale / a s'appelait Saint-CyRILLE]6.20
 

Idem pour Robert Charlebois, avec un faux accent latino :

[Elle s'appelait ConcepCION / et avait besoin d'affecTION / Elle avait un chum en priSON / Parc'qu'il jouait trop bien du GUN / ConcepCION...]6.21

À noter bien sûr l'exagération sonore du phonème [on] devenu systématiquement [onn'] le temps du morceau, à l'opposé de ce qu'avait fait Nino Ferrer dans son succès Le téléfon : [Gaston y'a l'téléfon qui son / Et y'a jamais person qui y réPONd]6.22

Une ligne comme «Je t'aimais / je t'aime / et je t'ai-meRAI » de Francis Cabrel6.23 découle d'un découpage de sens et de souffle efficace et naturel, en plus de faire sonner et danser les mots, et ce même pour une ballade.

6.11: Structure du français moderne, Pierre Léon et Parth Bhatt, CSPI, 2005, p.73

6.12: C. Guilbault, La phonologie, http://www.sfu.ca/fren270/phonologie/page4_1.html#start

6.13: Structure du français moderne, Pierre Léon et Parth Bhatt, CSPI, 2005

6.14: https://fr.wikipedia.org/wiki/Règles_linguistiques

6.15: C. Guilbault, Prosodie du français, http://www.sfu.ca/fren270/phonologie/page4_10.html#start

6.16: Dormir dehors, Daran et les Chaises (Alana Filippi / Daran), Huit barré, WEA, 1994

6.17: Mathilde, Jacques Brel (J. Brel / Gérard Jouannest), Barclay, 1966

6.18: L'eau vive, Guy Béart, Volume 2, Philips, 1958

6.19: Bozo, Félix Leclerc, Éd. Raoul Breton, 1946

6.20: La rue principale, Les Colocs, Les Colocs, Audiogram, 1992

6.21: Concepcion, Robert Charlebois, Charlebois, Gamma, 1972

6.22: Le téléfon, Nino Ferrer, 1965

6.23: Je t'aimais, je t'aime et je t'aimerai, Francis Cabrel, Un samedi soir sur la terre, Columbia, 1994

Poster un nouveau commentaire

  • Les adresses de pages web et de messagerie électronique sont transformées en liens automatiquement.
  • Allowed HTML tags: <a> <em> <strong> <cite> <code> <ul> <ol> <li> <dl> <dt> <dd>
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.

Plus d'informations sur les options de formatage

CAPTCHA
fr