Passer à la navigation

Des titres et des thèmes: Pour un flirt

  • : preg_replace(): The /e modifier is deprecated, use preg_replace_callback instead in /home/mqqbrixqzscs/public_html/includes/unicode.inc on line 311.
  • : preg_replace(): The /e modifier is deprecated, use preg_replace_callback instead in /home/mqqbrixqzscs/public_html/includes/unicode.inc on line 311.
  • : preg_replace(): The /e modifier is deprecated, use preg_replace_callback instead in /home/mqqbrixqzscs/public_html/includes/unicode.inc on line 311.
  • : preg_replace(): The /e modifier is deprecated, use preg_replace_callback instead in /home/mqqbrixqzscs/public_html/includes/unicode.inc on line 311.
  • : preg_replace(): The /e modifier is deprecated, use preg_replace_callback instead in /home/mqqbrixqzscs/public_html/includes/unicode.inc on line 311.
  • : preg_replace(): The /e modifier is deprecated, use preg_replace_callback instead in /home/mqqbrixqzscs/public_html/includes/unicode.inc on line 311.
  • : preg_replace(): The /e modifier is deprecated, use preg_replace_callback instead in /home/mqqbrixqzscs/public_html/includes/unicode.inc on line 311.

L'amour demande des préliminaires, pour bien faire les choses. Faire la cour, chercher à séduire, se sentir désiré est un sujet de chanson inépuisable. Qui n'a pas déjà chanté la pommepour démontrer un intérêt envers autrui et espéré une réciprocité? Et encore, faut-il qu'il y ait un désir, une étincelle à la base de tout pour espérer produire le feu d'artifice tant souhaité...

Pour un flirt
Mine de rien, avec tendresse et le ton badin, Michel Delpech a bousculé la chanson pop française de 1971. Il a réintroduit le mot « flirt » en France, un terme devenu désuet; il a pondu le tube de l'été '71, vendu un million d'exemplaires, et est devenu une grande vedette. « Ça lui permettra d’imposer ensuite " Les Divorcés ". », chanson qui jouera un rôle dans la modernisation de la loi sur le divorce en France.

Comme je l'imagine
Un peu comme Delpech à la même époque, Véronique Sanson impose un nouveau son pop aux Français, d'une voix qui lui appartient en propre. Timbre vocal délicat à la Barbara, vibrato unique, elle tisse des mélodies envoûtantes et crée une vibe musicale sophistiquée et authentique. Excellente pianiste, elle fait sa place dans les années où la compétition dans la pop music est très relevée avec les Elton John, Carole King, David Bowie et autres Three Dog Night du temps. Ici, elle évoque l'idéal amoureux d'une femme qui sait exactement où elle s'en va, et avec qui - notamment Stephen Stills qui correspond au profil dépeint - sur un rythme volontaire et assumé. La forme est intéressante : c'est une AAAB, c'est-à-dire qu'elle est construite de 3 couplets de 4 mesures (AAA), suivis d'un pont de 7 mesures (B). Reprise immédiate de ce bloc et conclusion avec deux derniers 'A', et le tour est joué.

Je te regarde
Ce bijou de Geneviève Paris a fait partie du corpus de chansons dans mes ateliers de formation dès les touts débuts, et il a perduré jusqu'aux derniers que j'ai eu la chance d'animer. Dans une soirée mondaine où il y a de la fumée, du bruit et des invités, une admiratrice transie d'une autre l'observe, tout en réserve. Le déroulement linéaire est impeccable et la chute tombe à point nommé. Une affaire de coeur entre [Je] et [Tu].

My Eyes Adored You
Une autre chanson d'amour transi, quand le désir ne sait pas ou n'ose pas s'exprimer, ou encore n'est pas réciproque, comme c'est le cas ici. La personne désirée a beau être une bonne amie, elle semble en même temps si loin : [so close, so close and yet so far]. Le titre utilise le procédé de la métonymie, en l'occurence les yeux pour la personne, pour ramasser, en une phrase, une touchante histoire d'amour de jeunesse qui n'aura, finalement, jamais été.

This Charming Man
Un homme a une crevaison à bicyclette, se demandant ce qu'il était pour devenir; un autre qui se propose pour le dépanner de sa « charmante » voiture : This Charming Man de The Smiths, était rafraichissante en 1983, et l'est restée. Propulsée par le riff pétillant de Johnny Marr, Morrissey peint une histoire de flirt entre deux hommes : [Punctured bicycle on a hillside desolate], autrement dit « Une crevaison au milieu de nul part », quand surgit [in this charming car / This charming man]. Morrissey, très inspiré par Oscar Wilde, écrivait des histoires de jeunes désoeuvrés, straights ou gays, peu importe : sa plume reflétait la vie, le jeune public s'est reconnu, et il a acheté. This Charming Man a monté jusqu'en huitième position du palmarès anglais, et elle n'a rien perdu de son... charme.

Crush
Celle-ci a été écrite à huit mains en s'inspirant des histoires amoureuses de l'interprète Jennifer Paige, et s'est hissée en troisième position du palmarès américain en 1998. Les attentes affectives (très minimes) sont sobrement, mais clairement établies: on flirt, mais on garde la tête froide. Le texte creuse le même sillon, désamorçant les attentes dans les couplets, minimisant la chose [It's just a little crush] dans le refrain : « c'est pas grand chose, ne t'amouraches pas ». L'interprète garde les pieds bien sur terre et retourne les illusions amoureuses à l'autre. La prise de position est forte, fluide, simplement énoncée et elle a le mérite de donner l'heure juste. Authentique.

Poster un nouveau commentaire

  • Les adresses de pages web et de messagerie électronique sont transformées en liens automatiquement.
  • Allowed HTML tags: <a> <em> <strong> <cite> <code> <ul> <ol> <li> <dl> <dt> <dd>
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.

Plus d'informations sur les options de formatage

CAPTCHA
fr