Passer à la navigation

David Bowie: le son, la vision et le génie

Quelle curieuse sensation que de célébrer le retour de David Bowie sur disque un jour, et le lendemain d'apprendre son décès. Bowie le chaméléon, le musicien, le vidéaste, l'acteur, le producteur, l'artiste de génie qui a régné sur l'avant-garde rock et le mouvement que l'on appelait alors "alternatif" - le Punk, la New-Wave/Cold Wave - et devenu avec le temps le mouvement Indie d'aujourd'hui, l'immense David Bowie n'est plus.

Bowie est véritablement devenu l'artiste que l'on a connu quand il s'est abreuvé à l'oeuvre de Lou Reed et du Velvet Underground. Ziggy Stardust fut un phénomène social anglais sans pareil. L'album Transformer de Reed, produit par Bowie, est depuis sa sortie en 1972 un incontournable de la discographie Lou Reed-ienne.

D'Iggy Pop à  Bauhaus en passant par Kratwerk, de Madonna à Nirvana et jusqu'à Arcade Fire, l'esthétisme et la substance de David Bowie n'est plus à démontrer. On peut retracer son rayonnement artistique dans maintes et maintes sphères de la société occidentale, notamment celles culturelle et sexuelle; l'épanouissement des mouvements LGBT, qui lui en doivent une, est certainement un accomplissement que l'on peut retracer en partie aux pochettes de The man who sold the world et de Hunky Dory.

Bref, David Bowie avait le son, la vision, et le génie. À lire sur le blogue.